Aidez à sauver les grands singes et de leurs habitats

Menu

Les derniers Orang-Outangs de Sumatra


mercredi, 09 mai 2012 00:00 General News

 

Les derniers Orang-Outangs de Sumatra | 28 Avril | UN FILM DE JONATHAN BARKER

Pour l’article compléte, clique ici.

Il ne reste plus que 6 000 orangs-outangs à Sumatra. Selon les projections les plus pessimistes, les chances de survie de l’espèce dans les dix prochaines années sont hautement compromises. L’habitat naturel des singes recule de plus en plus au profit des plantations de palmiers à huile qui recouvrent environ 70 % de l’archipel indonésien. De plus, une grande part de la population a tendance considère ces primates comme des objets de divertissement et non comme un héritage national digne de préservation. Les mentalités changent, mais lentement, et il est peut-être déjà trop tard pour les grands singes. Le Britannique Ian Singleton travaille depuis plus de 20 ans afin d’offrir aux orangs-outangs un refuge où ils puissent vivre tranquillement et peut-être même, dans l’idéal, se reproduire. 360° - GEO l’a suivi avec ses protégés.

Togur a 6 ans. Elle a passé la plus grande partie de sa vie enchainée dans une arrière cour pour amuser les enfants et les invités. On estime que la moitié des orangs-outangs de Sumatra vivent en captivité, le plus souvent dans d’effroyables conditions, généralement chez des personnes de haut rang : policiers, hommes politiques ou militaires. La tâche d’Ian Singleton est d’autant plus ardue. Il est à la tête du programme de protection des orangs-outangs de Sumatra, le SOCP. Il œuvre à délivrer les singes de leur captivité – laquelle est d’ailleurs parfaitement illégale – pour les réintroduire dans leur milieu naturel, dans un parc national, ou à défaut, leur permettre de vivre conformément à leur espèce. Pour assurer la survie de ces grands singes particulièrement menacés, chaque spécimen a son importance. Car l’habitat naturel des quelque 6 000 orangs-outangs qui vivraient à Sumatra se réduit comme peau de chagrin à cause de l’extension des plantations de palmiers à huile, une culture on ne peut plus rentable.

Ces 25 dernières années, 80 % du milieu naturel des orangs-outangs a subi les affres de la déforestation. Le gouvernement a donc décidé de classer certaines zones en espaces protégés, comme la réserve naturelle de Jantho dans la région de Banda Aceh. Le tsunami de 2004 y a fait des ravages, l’absence d’arbres ayant permis à l’eau de pénétrer loin à l’intérieur des terres, causant la mort de plus de 130 000 personnes. Depuis, la région s’est reconstruite, même si la déforestation est toujours pratiquée comme si rien ne s’était passé. Une situation qui complique bien la tâche d’Ian Singleton. Malgré tout, avec ses collaborateurs, il prévoit de bientôt réintroduire deux orangs-outangs à Jantho.

We use cookies to improve your experience of our website. More info.

By using 4apes.com you agree to our use of cookies.