Aidez à sauver les grands singes et de leurs habitats

Menu

Nouveau Communiqué d’International Gorilla Conservation Programme (IGCP)


jeudi, 09 décembre 2010 00:00 General News

Nouveau Communiqué d’INTERNATIONAL GORILLA CONSERVATION PROGRAMME (IGCP)
(Mis en ligne sur http://www.igcp.org/2010-mountain-gorilla-census/)

7 décembre 2010

Un recensement dans le parc des Virunga confirme une augmentation de la population de gorilles de montagne, espèce en danger critique d'extinction.

Kigali, Rwanda. - Le nombre d’individus de l'une des espèces les plus charismatiques et menacées de la planète est disponible.

L'analyse du recensement effectué en Mars et Avril 2010 indique qu'un total de 480 gorilles de montagne, Gorilla beringei beringei, a été recensé. Les individus appartiennent à 36 groupes distincts, plus 14 dos argentés solitaires évoluant dans le massif des Virunga, qui comprend trois parcs nationaux adjacents: le Parc National des Virunga en RDC, le Parc National des volcans au Rwanda et le Parc National des gorilles de Mgahinga en Ouganda. Le seul autre endroit où les gorilles de montagne existent est la Forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda. En ajoutant à cela les 302 gorilles recensés à Bwindi en 2006 et les 4 gorilles orphelins vivant dans un sanctuaire en RDC, cela porte le total de la population mondiale de gorille de montagne à 786 individus.

Le dernier recensement dans le massif des Virunga a été entrepris en 2003, et la population était alors estimée à 380 individus. Le chiffre actuel représente une augmentation de 26,3% de la population de gorille de montagne dans cette région au cours des sept dernières années, ce qui correspond à un taux de croissance annuelle de 3,7%. Cette augmentation de la population a eu lieu malgré la mort de neuf gorilles de montagne, dans quatre incidents distincts, au cours de cette période.

Sur les 480 gorilles recensés, 352 (73%) étaient habitués (349 dans les groupes et trois mâles solitaires) et 128 ne l’étaient pas (117 dans les groupes et 11 mâles solitaires). ‘’Cette population a eu une récupération tout à fait remarquable par rapport aux quelques 250 individus dénombrés il y a trois décennies. Cette reprise est due aux efforts de collaboration incessants de la part de nombreux organismes et institutions de la République Démocratique du Congo, du Rwanda et d’Ouganda’’, a déclaré le Dr Augustin Basabose, coordonnateur des espèces à l'International Gorilla Conservation Programme (PICG).

Le recensement lui-même a été un exercice de collaboration, et le PICG a joué un rôle de premier ordre pour attirer le soutien nécessaire pour le recensement et coordonner toutes les institutions et organisations participantes. Plus de 1.000 km ont été systématiquement parcourus par six équipes mixtes de 62 personnes de RDC, du Rwanda et d’Ouganda. Les Équipes ont couvert toute la zone et méticuleusement répertorié les indices de présence de groupes de gorilles. L'analyse génétique des échantillons fécaux recueillis a permis d'identifier et de corriger les éventuels comptages doubles des individus ou des groupes, pour assurer une estimation la plus précise possible pour la population.

Bien que les gorilles habitués soient surveillés en permanence, le recensement périodique de la population est une étape nécessaire en conservation. "Le recensement permet pour nous tous qui travaillons dans la conservation de créer un point de repère. Comme tout recensement, il saisit la taille de la population à un moment précis dans le temps. Ce benchmark nous permet d'évaluer la situation de cette population dans son ensemble et d'ajuster nos efforts de conservation en conséquence », a expliqué Maryke Gray, coordonnatrice du recensement 2010 des gorilles de montagne dans le massif et conseillère technique auprès du PICG.

L'objectif du recensement était non seulement d'évaluer la taille de la population des gorilles, mais également leur niveau de santé. Les analyses effectuées sur les échantillons fécaux contribueront à l'un des examens de santé le plus complet de toutes les populations de grands singes sauvages. Les résultats seront également très précieux dans le but de faire des comparaisons entre les populations, et entre les groupes habitués et non habitués. Ces résultats ne serviront pas seulement de référence pour la compréhension de l'état de santé des gorilles de montagne, mais pourront également fournir des indications sur l'exposition passée et future aux agents pathogènes humains.

Le recensement a non seulement enregistré la présence des gorilles de montagne, mais aussi celle d'autres grands mammifères et d’activités illégales comme la coupe de bambous et le piégeage. Le rapport complet du recensement, qui sera disponible en 2011, comprend des détails sur la dynamique de population et la distribution des gorilles des Virunga, ainsi que sur la structure de la population et sa composition génétique. Ces détails vont fournir une base scientifique à partir duquel PICG et d’autres institutions et organisations planifieront des efforts collectifs de conservation.

Alors que l'augmentation incroyable de cette population de gorilles de montagne est clairement une bonne chose et permet de se réjouir, les menaces pesant sur leur survie persistent. Récemment, une patrouille a découvert et détruit un peu plus de 200 pièges dans le massif des Virunga au cours d'une expédition de cinq jours. Bien que généralement les braconniers ne ciblent pas les gorilles de montagne, les pièges qu'ils fixent sont tout de même une menace.

"Ici au PICG, nous sommes fiers de notre contribution à la préservation des gorilles de montagne au cours des 20 dernières années et nous continuons à soutenir vigilamment la collaboration transfrontalière et ceux présents sur les lignes de front des parcs, ainsi que les communautés environnantes", a commenté Eugène Rutagarama. " Collectivement, nous ne pouvons pas relâcher notre vigilance sur la conservation de ces animaux incroyables. Bien que les gorilles de montagne soient forts physiquement, ils sont aussi incroyablement vulnérables. "

Le recensement des gorilles de montagne Massif des Virunga a été mené par les autorités des aires protégées dans les trois pays: L'Institut Congolais Pour la Conservation de la Nature, le Groupe de Développement au Rwanda et l'Uganda Wildlife Authority. Le recensement a été soutenu par le Programme International de Conservation des Gorilles (une coalition de l'African Wildlife Foundation, World Wide Fund for Nature et de Fauna & Flora International), l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutionnaire, le Dian Fossey Gorilla Fund International et le Projet vétérinaire Mountain Gorilla. Le fiancement a été assuré par le WWF-Suède, la Fair Play Fondation et la Direction Générale de la Coopération internationale des Pays-Bas (DGIS), à travers la Grande collaboration transfrontière des Virungas.

2010 Virunga census groups


Les photos prises par des équipes de recensement sont disponibles à travers Flickr.

S'il vous plaît sachez que le Groupe de développement du Rwanda est actuellement en deuil suite à la perte de deux gardes tués dans le Parc National de l'Akagera l (un parc de savane dans l'est du Rwanda).
Info: http://www.newtimes.co.rw/index.php?issue=14467&article=36353

We use cookies to improve your experience of our website. More info.

By using 4apes.com you agree to our use of cookies.